La RIAA considre les mixeurs de musique IA comme une menace mergente pour le droit d’auteur, alors que les experts juridiques se grattent la tte sur des questions du droit d’auteur de l’IA

Dans une rponse une demande de l’Office of the US Trade Representative, la Recording Industry Association of America a indiqu que les sites Web de musique aliments par l’intelligence artificielle (IA) qui ralisent des remixes, amliorent des morceaux faits maison ou dpouillent les chansons de leurs voix nuisent aux artistes. Songmastr, l’une des plateformes mentionnes promet de “masteriser” n’importe quelle chanson en se basant sur le style d’artistes connus tels que Beyonce, Taylor Swift, Coltrane, Bob Dylan, James Brown et bien d’autres. Bien que le service de Songmastr soit un peu plus avanc, la RIAA considre qu’il s’agit clairement d’une infraction.

La Recording Industry Association of America est une association interprofessionnelle qui dfend les intrts de l’industrie de musique linstar de la SNEP en France. Ses membres principaux sont des socits prives dtenant des labels et des maisons de disques. L’organe de lobbying de l’industrie de la musique affirme que les services utilisant l’apprentissage automatique pour modifier les pistes portent atteinte aux droits des artistes.

La RIAA considere les mixeurs de musique a IA comme

L’intelligence artificielle est sans aucun doute la technologie qui fait le plus de buzz actuellement, que a soit chez les personnes averties comme chez les profanes, tout le monde en parle. Dans certains cas, il ne s’agit gure plus que d’algorithmes avancs, mais des systmes informatiques complexes d’auto-apprentissage dots de caractristiques semblables celles des humains sont galement en cours de dveloppement.

L’intelligence artificielle n’existe pas, selon Luc Julia, lun des inventeurs de lassistant vocal Siri dApple, actuel vice-prsident innovation de Samsung Monde, et directeur du laboratoire de recherche en IA de Samsung.

Pour justifier ses propos, il dit ceci : je suis un peu fatigu par toutes les btises que lon entend depuis quelques annes sur lintelligence artificielle et jai voulu rtablir la vrit. On ne sait pas ce que cest que lintelligence donc on ne peut pas construire de lintelligence artificielle. Ce que lon appelle “intelligence artificielle” depuis 1956 ce sont des techniques mathmatiques qui nont rien voir avec lintelligence. Il nen reste pas moins que ces techniques (deep learning, machine learning, etc.) sont trs intressantes. Mais la machine ne cre pas, ne rflchit pas, et les humains conservent pleinement la main sur ces techniques .

Pour bon nombre d’entreprises, l’IA peut tre utilise pour se dmarquer de la concurrence, en crant de la valeur ajoute sur un produit ou service existant, alors que d’autres entreprises qui voient le jour ces dernires annes ont dcid de faire de l’IA leur produit de base ou construire leurs produits et services sur une technologie d’intelligence artificielle.

Du point de vue du droit d’auteur, l’IA peut soulever des questions intressantes. Par exemple, le contenu cr par une IA peut-il tre protg par le droit d’auteur comme toute autre uvre ? Ou peut-tre l’IA peut-elle enfreindre les droits d’auteur dtenus par d’autres ?

Il existe des services en ligne qui, en utilisant prtendument l’intelligence artificielle (IA), extraient, ou plutt copient, les voix, les instruments ou une partie des instruments (une tige musicale) d’un enregistrement sonore, et/ou gnrent, matrisent ou remixent un enregistrement pour qu’il soit trs similaire ou presque aussi bon que les pistes de rfrence d’artistes.

Dans la mesure o ces services forment leurs modles d’IA en utilisant la musique de nos membres, cette utilisation n’est pas autorise et viole les droits de nos membres en effectuant des copies. En tout tat de cause, les fichiers diffuss par ces services sont soit des copies non autorises ou des uvres drives non autorises de la musique de nos membres , crit la RIAA.

IA et droit d’auteur

Alors que les experts juridiques se grattent la tte sur des questions du droit d’auteur de lIA, la RIAA a dj pris une dcision concernant une slection de services prtendant offrir des extracteurs et des mixeurs de musique IA. Rpondant une demande de l’Office of the US Trade Representative (USTR), le groupe musical a mis en vidence plusieurs de ces sites dans son rapport annuel des marchs de piratage.

Songmastr

Songmastr est l’une des plateformes mentionnes. Ce service promet de “masteriser” n’importe quelle chanson en se basant sur le style d’artistes musicaux connus tels que Beyonce, Taylor Swift, Coltrane, Bob Dylan, James Brown et bien d’autres. La technologie sous-jacente du site est alimente par le code open-source Matchering 2.0, qui est disponible gratuitement sur GitHub. Et en effet, ses prtendues capacits d’intelligence artificielle figurent en bonne place dans le slogan du site.

Ce service utilise l’intelligence artificielle et est bas sur la bibliothque open source Matchering. L’algorithme matrise votre morceau avec les mmes RMS, FR, amplitude de crte et largeur stro que le morceau de rfrence que vous choisissez , explique Songmastr.

Selon certains analystes, on ne sait pas trs bien o l’intelligence artificielle entre en jeu. On peut en dire autant des sites Acapella-Extractor et Remove-Vocals, que la RIAA classe dans la mme catgorie. Les noms de ces services sont assez explicites : ils permettent de sparer les voix du reste du morceau. En toute logique, la RIAA ne souhaite pas que des tiers retirent la musique ou les voix de morceaux protgs par le droit d’auteur, en particulier lorsque ces uvres drives sont ensuite partages avec d’autres.

Pour illustrer la divergence dides sur la question, l’Afrique du Sud dlivre le premier brevet au monde mentionnant une intelligence artificielle comme inventeur. Alors que loffice britannique de la proprit intellectuelle, dcide que les IA ne peuvent pas tre mentionnes comme inventeurs.

Pour les inventions conues par l’IA, nous ne prvoyons aucun changement dans la lgislation britannique sur les brevets. La plupart des rpondants estiment que l’intelligence artificielle n’est pas encore assez avance pour inventer sans intervention humaine. Mais nous garderons ce domaine du droit l’tude pour nous assurer que le systme de brevets britannique soutient l’innovation en matire d’intelligence artificielle et l’utilisation de l’IA au Royaume-Uni. Nous chercherons faire avancer les discussions sur l’invention de l’IA au niveau international pour soutenir les intrts conomiques du Royaume-Uni , dclare lOffice britannique sur la proprit intellectuelle.

Dans le cas de lAfrique du Sud, la dlivrance de ce brevet rpond la question de savoir qui est le propritaire du produit dune intelligence artificielle. Dans le cas despce, la juridiction dAfrique du Sud tranche que le propritaire du brevet est le propritaire de lintelligence artificielle. La question reste en suspens dans dautres juridictions. En effet, dans le cadre de la mise sur pied dune intelligence artificielle, il faut sinterroger sur la provenance des donnes dont on use pour le processus dentranement, notamment, sur les questions de droit dauteur relatives ces dernires.

Bien que le service de Songmastr soit un peu plus avanc, la RIAA considre qu’il s’agit clairement d’une infraction. Aprs tout, les titres originaux protgs par le droit d’auteur sont utiliss par le site pour crer des uvres drives, sans l’autorisation ncessaire.

Dans la mesure o ces services, ou leurs partenaires, entranent leurs modles d’IA en utilisant la musique de nos membres, cette utilisation n’est pas autorise et porte atteinte aux droits de nos membres en faisant des copies non autorises des uvres de nos membres. En tout tat de cause, les fichiers que ces services diffusent sont soit des copies non autorises, soit des uvres drives non autorises de la musique de nos membres , ajoute la RIAA.

Jusqu’ prsent, Songmastr ne semble pas tre une menace majeure en termes de trafic. Avec moins de 200 visites par jour au cours des 12 derniers mois, il n’a pas vraiment russi s’imposer. Acapella-Extractor et Remove-Vocals sont plus populaires, avec quelques centaines de milliers de visites mensuelles. Outre les menaces mergentes lies l’intelligence artificielle, la RIAA numre divers sites de torrents, sites de tlchargement, streamrippers et fournisseurs d’accs. L’application vido populaire likee.video y figure galement, car elle n’aurait pas obtenu les licences appropries pour les pistes qu’elle utilise.

Source : RIAA

Et vous ?

GPT 3 peut executer du code rechercher une valeur dans une Quel est votrre avis sur le sujet ?

GPT 3 peut executer du code rechercher une valeur dans une Selon vous, les systmes d’IA doivent-ils tre considrs comme des inventeurs de brevets ?

Voir aussi :

GPT 3 peut executer du code rechercher une valeur dans une L’Afrique du Sud dlivre le premier brevet au monde mentionnant une intelligence artificielle comme inventeur : quels bnfices pour les entreprises de la filire ? Quels dangers ?

GPT 3 peut executer du code rechercher une valeur dans une L’Office britannique de la proprit intellectuelle dcide que les IA ne peuvent pas tre mentionnes comme inventeurs, sur des brevets

We want to say thanks to the writer of this post for this remarkable material

La RIAA considre les mixeurs de musique IA comme une menace mergente pour le droit d’auteur, alors que les experts juridiques se grattent la tte sur des questions du droit d’auteur de l’IA

Take a look at our social media profiles and other pages related to themhttps://www.ai-magazine.com/related-pages/