La messagerie Signal veut faire barrage aux ‘dangers’ de la surveillance | Zone bourse

numérique

PARIS (awp/afp) – Il faut en finir avec le modèle économique dominant dans les nouvelles technologies fondé sur la surveillance des utilisateurs et permettre à chacun de “communiquer de manière privée”, affirme à l’AFP Meredith Whittaker, nouvelle présidente de la messagerie Signal.

Cette spécialiste de l’éthique de l’intelligence artificielle, ex-cheffe d’équipe chez Google, est notamment connue pour avoir dénoncé en 2018 les contrats passés par le géant du web avec la Défense américaine, puis co-organisé un mouvement social d’ampleur contre la gestion par l’entreprise d’accusations de harcèlement sexuel.

La technologie a trop longtemps été “portée aux nues”, critique-t-elle, soulignant que “l’idée selon laquelle la +tech+ représentait le summum de l’innovation et du progrès était assez répandue dans les cercles gouvernementaux et dans la culture populaire”.

Mais, ces cinq dernières années, les décideurs comme les utilisateurs ont “pris conscience des inconvénients bien documentés à laisser une poignée de grandes entreprises surveiller presque tous les aspects de la vie humaine”, raconte-t-elle lors du Web Summit, grand-messe de la technologie en Europe qui avait lieu cette semaine à Lisbonne.

Les gens réalisent les “dangers existentiels que constitue le fait de confier leurs pensées les plus intimes, leur localisation ou leur réseau d’amis à des entreprises ou à des acteurs de la surveillance d’Etat”, ajoute-t-elle.

Depuis son départ de Google, Meredith Whittaker est devenue l’une des voix les plus critiques envers les géants du numérique, qu’elle accuse d’exploiter au maximum les données personnelles des utilisateurs pour le profit.

“Effet de réseau”

Depuis début septembre, elle préside la fondation californienne Signal, une organisation à but non lucratif à l’origine de l’application de messagerie du même nom.

Signal utilise depuis l’origine un protocole de chiffrement libre et “de référence”, permettant une confidentialité des échanges “de bout en bout”, qui a par la suite été mise en oeuvre par Whatsapp, relate-t-elle.

L’application se dit plus respectueuse de la vie privée et moins gourmande en données personnelles que sa concurrente, propriété du groupe Meta (ex-Facebook).

Elle a été recommandée par le lanceur d’alerte Edward Snowden, qui a révélé la surveillance des télécommunications par les services secrets américains, mais également par des organisations de défense de la vie privée ou encore par le milliardaire Elon Musk.

Toutefois, avec 40 millions d’utilisateurs réguliers selon les experts, Signal reste bien loin des 2 milliards d’inscrits sur Whatsapp.

“Nos ambitions de croissance ne sont pas de même nature que celles des entreprises qui font du profit grâce à la surveillance”, répond Meredith Whittaker, qui souhaite tout de même “créer un effet de réseau pour le chiffrement, afin que tout le monde puisse vraiment communiquer de manière privée”.

En passant la main en début d’année, le co-fondateur de Signal Matthew Rosenfeld (un cryptographe plus connu sous son pseudo Moxie Marlinspike) avait reconnu la difficulté à porter à bout de bras le projet depuis près de 10 ans.

“J’ai écrit tout le code pour Android, tout le code pour les serveurs. J’étais la seule personne de garde pour assurer le fonctionnement du service”, avait-il alors écrit sur le blog de la fondation.

Selon sa présidente, l’organisation peut aujourd’hui compter sur “une petite équipe extrêmement compétente” d’une quarantaine de développeurs, qui lui permet de “jouer dans la cour des grands”.

L’application expérimente ainsi depuis peu un système de paiement anonyme en cryptomonnaie et vient de lancer ses “Stories” inspirées de Snapchat, ainsi qu’un appel aux dons.

jub/mch/cco

We want to say thanks to the writer of this post for this incredible web content

La messagerie Signal veut faire barrage aux ‘dangers’ de la surveillance | Zone bourse

Our social media pages here and other pages on related topics here.https://www.ai-magazine.com/related-pages/