Tesla AI Day : ce qu’il faut attendre du show d’Elon Musk

Après la keynote d’Apple, septembre va s’achever avec le show d’Elon Musk. Ce vendredi 30 septembre, le milliardaire américain va en effet monter sur scène à l’occasion du Tesla AI Day, un événement qui vise à mettre en avant les avancées du constructeur de véhicules électriques en matière d’intelligence artificielle.

Toutefois, il ne devrait pas être seulement question de fonctionnalités d’assistance à la conduite qui doivent permettre de se rapprocher de voitures entièrement autonomes. Ainsi, les véhicules de Tesla devraient être quelque peu éclipsés durant la présentation d’Elon Musk par des innovations dans la robotique. Lors du Tesla AI Day de l’an passé, le fantasque entrepreneur avait déclaré que “Tesla est sans doute la plus grande entreprise robotique au monde parce que nos voitures sont des robots semi-sensibles sur roues”. Il en avait conclu qu’il était donc “logique de mettre cela sous une forme humanoïde”.

En 2021, ces propos avaient été illustrés lors du Tesla AI Day par la présentation du superordinateur Dojo, qui entraîne ses réseaux neuronaux, et un aperçu du Tesla Bot, un robot humanoïde destiné à effectuer des tâches générales et des travaux répétitifs. Ces deux projets d’IA du constructeur devraient être une nouvelle fois au cœur de cette édition 2022. En début d’année, Elon Musk avait d’ailleurs assuré sur Twitter que Tesla pourrait s’impliquer davantage dans l’intelligence artificielle générale (AGI), étant donné les progrès réalisés avec Optimus, nom de code du projet Tesla Bot. Une posture qui va à l’encontre de ses précédentes déclarations où il mettait régulièrement en garde contre la création de superintelligences artificielles et alertait sur les risques inhérents.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Optimus, le robot humanoïde de tous les fantasmes

Visiblement plus à l’aise désormais avec les travaux dans l’intelligence artificielle, le patron de SpaceX pourrait donc profiter du Tesla AI Day pour présenter le robot humanoïde Optimus, un nom qui fait référence au personnage principal (Optimus Prime) des films Transformers. La machine devrait être la vedette de l’événement, en espérant pour Elon Musk qu’il ne revive la scène gênante de la présentation du pick-up Cybertruck en 2019 durant laquelle des vitres du véhicule avaient été brisées lors d’un test peu concluant avec une boule de pétanque…

Pour éviter de revivre pareille mésaventure, le Tesla AI Day a été reporté d’un mois, de manière à laisser assez de temps pour aboutir à un prototype fonctionnel. Elon Musk a d’ores et déjà promis que ce Tesla Bot serait “amical”, avec des “mains de niveau humain”, des “caméras Autopilot” pour les yeux et un “ordinateur entièrement autonome” pour le cerveau, rappelle The Verge. Ce concentré de technologies doit permettre à terme de faire rentrer les robots dans les maisons pour qu’ils puissent préparer des dîners, tondre la pelouse, s’occuper des personnes âgées ou même devenir un partenaire sexuel !

Ce n’est encore que de la science-fiction, mais si le prototype apporte satisfaction, il est question de début la production d’Optimus dès 2023. “Les experts notent qu’aucune entreprise au monde n’est sur le point de construire un robot avec la même mobilité et la même dextérité qu’un humain”, relève cependant The Verge, qui note que même Boston Dynamics, qui fabrique l’un des robots bipèdes les plus avancés au monde, n’y est toujours pas parvenu.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Dojo en lice pour être le superordinateur le plus puissant au monde

Outre ce robot humanoïde, Elon Musk devrait donner des nouvelles des avancées réalisées avec le supercalculateur Dojo. Cette machine, qui permet d’entraîner les IA pour les rendre totalement autonomes, traite désormais tous les flux vidéo de plus d’un million de véhicules Tesla équipés de caméras. Elon Musk a affirmé que Dojo serait capable d’atteindre une puissance de calcul d’un exaflop, soit un milliard de milliards (10 puissance 18) de calculs en 1 s.

Mais dans la course à l’ordinateur le plus puissant au monde, Tesla n’est pas seul. De nombreux acteurs tentent de dépasser le cap symbolique de l’exaflop, à l’image du Frontier de l’Oak Ridge National Laboratory qui a franchi cette barre aux États-Unis plus tôt cette année, avec une puissance de 1,1 exaflop pour être précis. Il faudrait quatre ans à la totalité de la population mondiale pour venir à bout d’une telle opération.

Une fois terminé, Dojo devrait figurer parmi les superordinateurs les plus puissants de la planète. Mais au lieu d’effectuer des calculs avancés dans des domaines comme la recherche nucléaire et climatique, Tesla devrait continuer à s’en servir pour améliorer son logiciel d’IA alimentant ses voitures autonomes. Toutefois, Musk a fait savoir que sa société mettrait Dojo à la disposition d’autres entreprises qui souhaitent l’utiliser pour former leurs réseaux de neurones.

De nouvelles promesses non tenues pour des Tesla entièrement autonomes ?

Enfin, que serait un Tesla AI Day sans parler des voitures autonomes ? Cette thématique est d’autant plus importante que Tesla a récemment indiqué que plus de 160 000 conducteurs aux États-Unis et au Canada utilisent son système bêta Full Self-Driving (FSD), qui ne permet pas cependant aux véhicules équipés de ce dispositif d’être totalement autonomes, comme son nom pourrait le laisser penser. En réalité, ce système, que les propriétaires Tesla peuvent s’offrir en déboursant 15 000 $ supplémentaires, est le service qui doit fournir un jour des capacités de conduite entièrement autonomes.

Mais pour l’heure, ce dispositif ne propose qu’une aide à la conduite de niveau 2, ce qui signifie que le conducteur doit rester pleinement concentré au volant pour reprendre immédiatement le contrôle du véhicule le cas échéant. De plus, plusieurs véhicules du constructeur américain sont impliqués dans divers accidents provoqués par des défaillances de son système de conduite semi-autonome.

Elon Musk promet depuis 2016 l’arrivée de voitures sans conducteur, mais cette promesse n’est toujours pas tenue. En 2019, le milliardaire avait notamment promis qu’il y aurait une flotte d’un million de robotaxis Tesla d’ici 2020, mais celle-ci se fait toujours attendre. Depuis, Elon Musk a mis à jour ses objectifs en promettant une conduite entièrement autonome dès cette année et la production en masse de robotaxis sans volant ni pédale d’ici 2024. Après les paroles, nous attendons des actes. Par conséquent, les innovations et promesses présentées par Elon Musk cette nuit seront à prendre avec de grandes pincettes…

We would like to say thanks to the writer of this write-up for this outstanding content

Tesla AI Day : ce qu’il faut attendre du show d’Elon Musk

Visit our social media profiles and also other pages related to themhttps://www.ai-magazine.com/related-pages/