Un chercheur de l’UTA veut développer des robots d’assistance pour aider les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière. – The Inquirer 🇫🇷

Une chercheuse en informatique de l’Université du Texas à Arlington met au point un système robotique qui aide les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière à effectuer des tâches quotidiennes. Elle fait appel aux membres de l’équipe de basket-ball en fauteuil roulant Movin’ Mavs de l’UTA.

Fillia Makedon, professeur distingué au département des sciences et de l’ingénierie informatiques, a reçu une subvention de 218 000 $ du programme DARE (Disability and Rehabilitation Engineering) de la National Science Foundation (NSF). Le projet, intitulé « Collaborative Research : DARE : A Personalized Assistive Robotic System that Assassess Cognitive Fatigue in Persons with Paralysis », représente une collaboration avec Maria Kyrarini, professeur à l’université de Santa Clara, qui a reçu une subvention de taille similaire pour trouver leur recherche.

Les robots d’assistance peuvent jouer un rôle important en aidant les personnes handicapées à domicile, en améliorant leur indépendance et leur qualité de vie au quotidien. Par exemple, un robot peut aider une personne souffrant de déficiences motrices à effectuer une tâche telle que préparer le déjeuner ou se préparer pour une réunion ou le travail. Ce serait un énorme plus pour les personnes âgées qui ont besoin d’une certaine assistance mais qui ne sont pas prêtes ou désireuses d’emménager dans une véritable résidence assistée. »

Fillia Makedon, professeur émérite, département des sciences et de l’ingénierie informatiques, université du Texas à Arlington.

L’objectif de Fillia Makedon est de concevoir un système robotique d’assistance personnalisé, qu’elle a appelé Coopération robotique intelligente pour une assistance sûre (iRCSA), qui peut reconnaître, évaluer et réagir au niveau de fatigue cognitive d’une personne pendant des tâches telles que la cuisine. Pour réaliser ces tâches de collaboration homme-robot (HRC), Makedon et son équipe développeront un système multi-sensoriel qui collecte des données physiologiques comme les expressions faciales du coéquipier humain pendant une tâche HRC. Le système applique ensuite des méthodes avancées d’apprentissage automatique et d’apprentissage profond pour évaluer automatiquement la fatigue cognitive de l’individu.

« Sur la base de l’évaluation de la fatigue cognitive, le système iRCSA adaptera le comportement du robot afin de fournir un soutien personnalisé », a déclaré Makedon. « Nous développerons des scénarios de collaboration homme-robot dans lesquels une personne souffrant d’une lésion de la moelle épinière et un robot pourront coopérer facilement pour effectuer des tâches quotidiennes.

« Pour la conception, le développement et l’évaluation de l’iRCSA, nous suivrons une approche de recherche-action participative en impliquant dans la conception du système des étudiants souffrant de lésions de la moelle épinière. L’équipe de basket-ball Movin Mavs de l’UTA participera au projet dès sa phase initiale. Leurs précieux avis et commentaires seront essentiels pour garantir l’acceptabilité et la facilité d’utilisation du système proposé. »

Hong Jiang, professeur titulaire de la chaire Wendell H. Nedderman et directeur du département des sciences et de l’ingénierie informatiques, a déclaré que le projet de Makedon pourrait grandement aider les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière ou de difficultés de mobilité.

« La collecte et l’utilisation de données qui pourraient être immédiatement utilisées pour aider les gens peuvent changer la vie », a déclaré M. Jiang. « Cette subvention fournit ce lien important entre l’analyse des données et l’aide aux personnes ».

Makedon, qui a rejoint l’UT Arlington en 2006, a reçu de nombreuses subventions de la NSF pour des projets de recherche dans les domaines de l’interaction homme-machine, de l’interaction homme-robot, de l’informatique omniprésente, de l’apprentissage automatique, du multimédia informatique, de l’informatique pour personnes handicapées et de l’informatique cognitive.

Elle dirige actuellement le laboratoire Heracleia Human-Centered Computing, qui applique des méthodes d’intelligence artificielle avancées pour développer des technologies de surveillance du comportement humain, d’évaluation des risques et de réhabilitation. Elle est membre de plusieurs comités de rédaction de revues et présidente de la conférence internationale PETRA. Elle supervise actuellement une grande équipe de doctorants, plusieurs étudiants de premier cycle de recherche et des étudiants de maîtrise.

We would love to say thanks to the writer of this article for this awesome content

Un chercheur de l’UTA veut développer des robots d’assistance pour aider les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière. – The Inquirer 🇫🇷

Visit our social media accounts and other pages related to themhttps://www.ai-magazine.com/related-pages/